MESSAGE AUX EMPLOYEURS DE LA BRANCHE DES IEG


Mesdames, Messieurs les employeurs de la branche des IEG, les directions locales,

Notre pays, les forces politiques, citoyennes associatives et sociales agissent aujourd’hui dans le cadre d’une unité nationale. Une unité nationale qui a toujours constitué un atout dans le règlement de crises historiques traversées par notre pays.

Nous en traversons une, imprévisible, sanitaire et planétaire. Elle appelle à une convergence des volontés, des intelligences, des sollicitudes de la part de tous les actrices et acteurs des entreprises de la branche.
Sur proposition de la délégation CGT, le Conseil d’Administration de la CAS Seine et Marne a pris toute une série de mesures, notamment la mise en place d’une veille des situations via les élu.es, les detaché.es Slvie, le réseau solidaire, l’ensemble de nos bénévoles, le personnel de la CAS.

La recherche de l’efficacité de l’aide à apporter aux bénéficiaires et leur famille, la volonté de travailler de concert avec les entreprises nous conduisent à vous informer des actions de solidarité disponibles en cours, à la CAS Seine et Marne. Ce n’est pas la première fois que nous travaillons de concert. Ce fût le cas lors de la tempête de 1999, de la canicule de 2003 et plus récemment lors des inondations secouant notre département.

Nous réitérons notre disponibilité afin d’examiner des situations d’agents en famille, célibataires ou en monoparentalité qui rencontreraient des difficultés financières, matérielles tout au long de l’épidémie. Pour une plus grande efficacité, nous vous proposons de faire suivre cette information à l’ensemble des directions d’entreprises présentes sur notre département. En contactant téléphoniquement la CAS ou en se rendant sur le site, vos collaboratrices et collaborateurs disposeront des contacts nécessaires.

A distance, avec le personnel de la CAS, les détachés Slvie et autour de notre réseau solidaire, nous réalisons actuellement des appels sortants auprès des bénéficiaires les plus âgés, en commençant par les 948 de plus de 80 ans. Il s’agit de rompre l’isolement, prendre des nouvelles dans un département touché par la désertification médicale, d’’effectuer un approvisionnement alimentaire ou médicamenteux, si nécessaire.

Au nom de tous les actrices et acteurs de la CAS Seine et Marne, élu.es, agents mis à disposition, agents détaché.es, bénévoles, je vous réitère notre disponibilité et notre volonté de travailler ensemble afin de soulager les agents et tous les bénéficiaires, en ayant à l’esprit l’importance de notre statut national qui nous permet toutes ces actions.