L’été sera chaud et la rentrée brûlante.

Cher(e) collègue, cher(e) bénéficiaire,

Depuis plusieurs mois la lutte est à l’ordre du jour dans nos entreprises comme dans celles des secteurs publics ou privés. Que ce soient les cheminots, les hôpitaux, le secteur de l’éducation nationale avec « Parcoursup », ou encore les retraités qui restent mobilisés contre la hausse de la CSG, nous pouvons le constater les salariés ou privés d’emploi sont dans le viseur du gouvernement.
En ce qui concerne nos entreprises, la vente de l'hydraulique ou le plan Macron pour la rentrée, ne vont qu’accélérer le démantèlement de nos entreprises et la casse de notre statut.
 
Les politiques de ces dernières décennies ont placé l’entreprise et la finance au centre de notre société. L’entreprise n’est plus au service de notre pays, mais notre pays est au service des grandes entreprises. Quelques chiffres édifiants du CAC 40: sur 100 euros de bénéfices 67,4€ ont été versés aux actionnaires, 27,3€ ont été réinvestis dans l’entreprise et 5,3€ ont été distribués aux salaires*.
 
Ce que nous vivons est la suite logique des choix politiques de ces dernières années. Ce n’est pas l'évolution de nos entreprises qui nous impose les conditions de travail dégradées, la future réforme de l’astreinte, la remise en cause de vos moyens bénévoles ou encore l'extinction programmée du tarif agent, tout ceci est la conséquence de l’attaque en règle contre les services publics, au même titre que les réformes sur la sécurité sociale (CAMIEG), ferroviaire, des hôpitaux, etc.)
 
Nous sommes bien sur des choix de société, ne pas réagir maintenant nous expose ainsi que nos aïeux, nos enfants à subir les années à venir. Nous sommes tous des usagers, nous sommes les créateurs de plus values mais nous restons la variable d’ajustement de cette société.
Qui peut se réjouir de cette situation ? L’été sera beau, chaud et je l'espère, la rentrée brûlante !
 
Bon courage aux futurs(es) bachelier (ieres), bonnes vacances à toutes et tous, profitez bien de l’été pour recharger les batteries. Une pensée particulière pour les électriciens et gaziers en lutte depuis plusieurs mois, pour qui ces vacances risquent d'être chamboulées pour eux et leur famille dans l'intérêt général.











*(Source Oxfam France)